SEVEN SALEM EN BREF
Un soupçon de sorcellerie, une pincée de pouvoir, une poignée de péché, un poil de liberté et un bon gros morceau d'étrangeté. Mélangez le tout et obtenez Salem, ville de recommencement. Un havre de paix bizarre, mais agréable. Un lieu de magie et de surnaturel, de spectacle et de jamais vu. Salem est là pour te surprendre jeune Sorcier, et elle compte bien réussir. Elle enivrera tes sens peu importe qui tu es et où tu vas, tout en te laissant cette liberté que tu n'as jamais eu. Tu seras libre d'oublier ton passé et tes erreurs, pour te concentrer sur l'avenir.
ÉQUIPE DU FORUM
ETHAN C. FITZGERALD
Fondateur
PRÉSENT | MP
KURO KAZUNA
Co-Fondatrice
PRÉSENT | MP
CONTEXTE + GRAPHISME PAR ETHAN | CODES PAR MAMAN CHAT
accueil

Calysta Beaumarché - Curiosité Dévorante
avatarCalysta Beaumarché
Envie
Emploi/loisirs : Étudiante en Psychologie - Aime lire, discuter et rire.
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Fév - 10:18
CARACTERE
Après vingt bonnes minutes de conversation avec son camarade de classe, Calysta griffonna une quinzaine de données sur un papier et le donna a son petit camarade.

« Si tu veux, on peut jouer aux Echecs », proposa Calysta.

« Oh, oui ! J’aime beaucoup ça ! » répondit son petit camarade.

Alors, ils préparèrent le terrain ensemble et au moment de commencer, Calysta dit :

« Écoute, je dois aller aux toilettes, tu peux commencer sans moi. Utilise ce que j’ai écris sur la feuille pour mes déplacements, d’accord ? ».

Elle lui sourit.

« Bon, d’accord. »

Et après ces paroles pleines de confiance, il commença à jouer sans elle. Il déplaça son pion. Il regarda la feuille que lui avait donnée son amie. « Cavalier en B8 direction C6 ». Il leva les sourcils et hésita, puis déplaça la pièce de Calysta. Il joua alors son tour et ainsi de suite jusqu’au retour de Calysta.
A son arrivée, elle retrouva le petit garçon entrain de pleurer et le jeu éparpillé par terre. Il lui cria au visage :

« T’es plus mon amie ! T’es pas gentille, toi ! J’ai perdu contre une feuille de papier c’est pas juste t’étais même pas là ! ».

Et sur ces mots, il déboula de la pièce et appela sa maman.

Calysta souris, rangea avec patience les pièces du jeu et plaça la boite dans le placard à jeux. C’était trop facile. Il n’y avait plus aucun intérêt à recommencer. Elle pouvait essayer un autre divertissement.




Hyper Curieuse (maladif) - Franche (voire Directe) - Ne prend généralement pas partis - Aime bien envoyer des p'tits pics gratuits <3 - Excellente répartie - Neutre sur beaucoup de sujets.
HISTOIRE

Ténèbres.
Lumière, Parasites sonores.
Froideur, Sensations désagréables, Mouvements.
Inspiration, Odeurs, Air, Plein, Expiration, Vide, Inspiration
.


Pleurs.



La petite Calysta venait de naître. Un petit bébé tout rose. Une maman en larmes, un père qui filme, une unité de sages-femmes qui s’occupent du nouveau-né. Une nouvelle vie s’ajoutant aux sept milliards quatre cent quarante deux millions huit cent soixante-deux mille neuf cent quatre déjà existantes. Une étincelle de vie naissant dans le sud de la France alors qu’une vie s’éteignait quelque part en Inde au même moment. Dans trois secondes, un autre bébé naîtrait et une autre vie s’arrêterait. Tel était le cycle simple du monde actuel.

La petite Calysta, coincée dans son corps de nourrisson, décomposait tout ce qu’elle voyait et analysait. Comme le ferait un ordinateur avec ses fichiers.

Visage. Maman. Inspiration. Visage. Papa. Expiration. Visage. Lèvres. Dents. Sourire ?

Plus le temps passait, plus sa vision analytique évoluait. Elle apprit très vite à parler et à formuler des questions. Néanmoins, la question la plus récurrente était (évidemment) « Pourquoi ? ».
Ses parents étaient fiers que leur fille soit si dégourdie pour son âge. Ils s’en occupaient à merveille et lui offrait tout l’amour que deux êtres aimants pouvaient offrir. Pourtant… Calysta semblait recevoir cet amour comme une sorte d’information à entrer dans un fichier.

L’amour. Qu’est-ce que c’est exactement ? Comment ça marche ? Sourire. Câlins. Mots. Regard.

Parents. Qu’est-ce que c’est exactement ? Maman. Toujours la même. Visage. Papa. Corps. Amour?

A ses 7 ans, elle achevait déjà son CM2. Après ses 8ans, elle avait tellement décomposé le comportement de ses parents qu’elle pouvait finir leurs phrases avant eux. Pour ses 10 ans, elle avait le brevet mention très bien en poche. 12e bougie soufflée, psychologues incapables de la ranger dans une case. A 14 ans, elle avait déjà obtenu son diplôme du Bac avec mention Bien.

En apparence, elle n’était pas si différente des autres. Un style vestimentaire simple et adapté, un comportement discret mais pertinent. Une parmi d’autres. A priori, ne sort pas du lot.

Dans le fond, elle se noyait dans un océan d’ennui. Le monde était un ramassis de corps en mouvements. Elle avait mangé le cerveau de ses camarades, de ses professeurs, de ses parents évidemment, de la caissière, du conducteur du bus. Plus personne n’avait de secrets pour elle. Non pas des secrets personnels, comme une amante ou un meurtre passé sous silence. Mais de mécanismes intellectuels.
Émotions. Réactions. Faiblesses. Pensées. Décisions. Actions. Doutes. Forces. C’était devenu un jeu d’enfant pour elle. Trop facile. Aucune mise à l’épreuve.

Jusqu’au fameux jour où elle rencontra le professeur de psychologie.

Un homme dans la soixantaine. À vingt ans, c’était son tout premier cours dans un amphithéâtre. Dès les cinq premiers mots du professeur, Calysta redressa la tête et écarquilla les yeux. Enfin. Enfin quelqu’un de différent. Alors elle absorba chaque syllabe, chaque mouvement, chaque respiration, chaque intonation. Pourquoi est-il si différent ? En quoi est-il différent ?

Alors durant quelques jours, elle séchait ses autres cours et ne faisait qu’écouter la construction de ses phrases, les mouvements de ses mains, les directions du regard... Elle le stalkait pendant ses pauses. Elle le suivait même jusque chez lui. Puis, quand elle établit son planning en détails, elle l’appela pour prendre des cours particuliers.

Plus les cours avançaient, plus elle apprenait, plus ses questions étaient pointues, plus il était difficile au professeur de répondre. Elle le dévorait. Rien ne lui échappait. Même pas les battements de cils. Enfin. Enfin, elle se sentait vivre. Elle en voulait plus. Elle voulait le disséquer plus. Et c’est ce qu’elle fît : elle poussa encore plus loin ses questions pour achever sa dissection de ses mécanismes intellectuels.

Et c’est là qu’elle sauta le pas.

Fini d’apprendre. Il n’apporterait rien. Maintenant, elle allait le manipuler pour savoir jusqu’où il irait inconsciemment. D’abord doucement, en lançant des petites phrases par ci par là, puis plus violemment, en lui ordonnant de faire des choses. D’abord des choses simples, comme s’asseoir, ou se mettre debout. De se taire, ou se coucher tel un chien. Puis plus tard, de prendre un couteau et de s’entailler un doigt. Et quand le sang coula, le temps semblait avoir ralentis. La goutte perla le long de sa main et tomba. Le temps s’était arrêté et la vue de Calysta s’assombrit.

Devant elle ne se tenait plus un homme intéressant, ni un professeur, ni même un homme. Il ne restait qu’un pantin et c’était elle qui tenait les ficelles.

Aucun intérêt.

Le temps repris son cours. Elle fît demi-tour et sortit de la pièce, en abandonnant le pauvre homme, le couteau à la main et son doigt auto-mutilé. A la vue de ses parents, elle ne vit que deux pantins désarticulés gesticuler vainement et agiter chaotiquement leurs membres. Elle ne prît même pas la peine de leur répondre et elle sortit de sa maison. Dans la rue, une vision d’horreur : des dizaines et des dizaines de marionnettes errant sans but dans cette allée grise sans importance. Des cercueils à roulettes conduits par des figurines en carton.

Elle rit. Un rire jaune et amer. Des larmes salées coulèrent le long de ses joues. Elle tomba à genoux et elle fût éblouie par une lumière blanche. La mort peut-être ? Au moins serait-elle plus intéressante que ces coquilles vides.






Une personne habillée en noir dépassa la jeune adulte et avança tranquillement tout droit devant elle. Elle rit à nouveau. Peut-être que la faucheuse avait changé de look depuis les dernières représentations sur Google. Alors, Calysta se leva et la suivit, en état de transe. Pourquoi ? Elle ne le savait pas… Peut-être parce qu’elle pensait que c’était la mort qui l’accompagnait à son funeste sort.

Alors c’était ça le purgatoire ? C’était de très mauvais goût. 7 portes ? Pourtant on ne lui avait parlé que du Paradis et de l’Enfer. De toute façon, c’est un monde de mensonges, alors pourquoi s’en préoccuper maintenant.
Elle leva son poignet devant ses yeux et vît ce symbole particulier jamais vu auparavant. Et elle se dirigea vers la porte où figurait le même symbole. Avec un peu de chances, ça ne serait pas le paradis, c’est bourré de gens inintéressants.

Entrée dans le couloir, elle avança à pas lents et indécis. Elle avait les yeux mi-clos et avait la tête vide. Une voix semblait parvenir de très loin. Vraiment, très loin. Elle ne cherchait pas a la comprendre, c’était trop flou de toute façon.
« …Salem… »
« …NueSalem, jeuère… »
« Bienvenue à Salem, jeune sorcière. »
Qui ça ? Jeune quoi ?

Elle releva la tête d’un coup et elle était encore à genoux dans un environnement qu’elle ne reconnaissait pas. Enfin, pas tout à fait… Elle était revenue au point de rencontre avec la personne habillée de noir… Mais cette fois, elle était seule. Comme si c’était un rêve et qu’elle était revenue au point de départ… Mmmmh. Salem? Intéressant.


Elle sourit, se releva, repris le même chemin que dans ses rêves et retourna dans la fameuse « Salle du Purgatoire ».
Son sourire s’élargit encore plus quand elle vît la porte ayant le même symbole que dans ses rêves, puis elle franchit la porte, mais cette fois, convaincue que de l’autre côté s’étalait de nouveaux horizons et qu’elle ne s’ennuierait plus jamais.
Calysta Beaumarché
AKA Caly
Femme, Française
Vingt ans
Étudiante en Psychologie
Envie
Doppelgänger
(C) Neferpitou - HunterXHunter


Calysta // Pandatrophié
COMMENT T'ES ARRIVÉ ICI ?
Hue hue hue. C'est ma femme qui m'a montré le chemin. Je n'ai fais que suivre ses pas pour vous rencontrer. Autant dire que je suis arrivé en quelques clics :D

QUE PENSES-TU DU FORUM ?
Honnêtement, ça crève les yeux que y'a du gros gros boulot derrière. J'aime vraiment ce qui est proposé! Franchement GG à tous parce que ça prend un sacré temps et courage. CONTINUEZ COMME CA !!!
:D

AUTRE ?
Je vous aime.
avatarL'Invocateur
Mystérieux Sorcier
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Fév - 19:55
ENCORE UN PEU...
C'est presque fini !

Ta fiche est presque terminée, il ne manque à remplir que la Classe. Pour connaître ta spécialisation, nous t'invitons à venir lire ce sujet pour que tu comprennes la marche à suivre.

Tu dois tout simplement aller poster dans l'intrigue pour montrer que ton personnage était à cette fameuse soirée, rencontrant ainsi L'invocateur, et recevant sa Classe (d'une joyeuse balle dans le front).

Il est obligatoire de poster une réponse, le nombre de lignes étant libre, du moment qu'on retrouve le déroulement de la soirée dans ton écrit. A la suite de ce post, tu devras répondre au lien fourni toujours dans ce sujet, à la fin. C'est un petit quizz qui donnera au staff ta Classe à la suite de tes réponses.

Une fois ta réponse postée, le staff viendra t'indiquer ta Classe, validant ainsi ta fiche, et tu pourras rp complètement ~

Bonne chance !

avatarL'Invocateur
Mystérieux Sorcier
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Fév - 20:27
VALIDÉE
ENVIE // DOPPELGÄNGER
Te voilà dorénavant validé, Péché de l'Envie!

Ta manière d'écrire est très fluide et agréable, j'ai beaucoup aimé lire ton caractère et ton histoire. D'ailleurs je trouve ça particulièrement agréable cette manière de présenter le caractère, c'est original et ça donne finalement un bon aperçu du personnage, tout en laissant une part de mystère. Nous te souhaitons de bons moments sur le forum ♥️

Tu peux désormais venir demander ICI des partenaires pour commencer à rp, poster ta fiche de relations LA et faire une demande de logement pour ton personnage dans cette section pour éviter qu'il dorme dans la rue. Si tu souhaites poster un prédéfini, lié ou non à ton personnage, c'est ICI que ça se passe.

Nous espérons que le forum te plaira, l'ensemble du staff te souhaite la bienvenue et espère que tu passeras un bon moment dans Salem.
Contenu sponsorisé

Calysta Beaumarché - Curiosité Dévorante
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seven Salem :: Recommencement :: Formulaire d'entrée :: Formulaires Validés-
Sauter vers: