SEVEN SALEM EN BREF
Un soupçon de sorcellerie, une pincée de pouvoir, une poignée de péché, un poil de liberté et un bon gros morceau d'étrangeté. Mélangez le tout et obtenez Salem, ville de recommencement. Un havre de paix bizarre, mais agréable. Un lieu de magie et de surnaturel, de spectacle et de jamais vu. Salem est là pour te surprendre jeune Sorcier, et elle compte bien réussir. Elle enivrera tes sens peu importe qui tu es et où tu vas, tout en te laissant cette liberté que tu n'as jamais eu. Tu seras libre d'oublier ton passé et tes erreurs, pour te concentrer sur l'avenir.
ÉQUIPE DU FORUM
ETHAN C. FITZGERALD
Fondateur
PRÉSENT | MP
KURO KAZUNA
Co-Fondatrice
PRÉSENT | MP
CONTEXTE + GRAPHISME PAR ETHAN | CODES PAR MAMAN CHAT
accueil

[NC18] Invitation pas vraiment accordée. [PV Arthur]
Mar 27 Fév - 18:54
wanna play with me ?
Joyd x Arthur

   
Joyd étire ses bras vers le ciel avec un gémissement de bien être, laissant le joyeux brouhaha de ses collègues l’accompagner alors qu’elle sort sur le centre ville, toujours autant éclairé et animé. Le froid la fait frissonner et elle n’a qu’une hâte, rentrer chez elle et s’enrouler sous sa couette, au chaud. Parce que la nuit le froid est encore plus insoutenable qu’en journée, surtout en plein milieu de ladite nuit, Joyd ne tarde pas à faire signe au bus passant près de chez elle, y montant avec soulagement lorsqu’il s’arrête près d’elle. Le voyage ne dura pas longtemps, juste le temps pour la danseuse de désirer un peu plus ardemment de la chaleur, ses doigts déjà engourdis par le froid possessivement enroulés dans son écharpe. Tout son corps est bien au chaud, protégé dans ses vêtements, sauf ses extrémités qui semblaient commencer à se désolidariser du reste de son corps.
Grognant, elle appuie sur le bouton de demande d’arrêt lorsque le siens est annoncé et sort avec réluctance du bus, trottinant rapidement vers l’immeuble où se trouvait son chez elle. Pliant et dépliant ses doigts pour essayer de les réchauffer, elle appuie maladroitement sur le bouton de son étage après que les portes de l’ascenseur ce soient ouvertes et soupir presque de soulagement lorsqu’elles se rouvrent à sa destination. Rapidement l’appartement n°002 lui apparaît et elle engouffre sa clef, la tournant et actionnant la poignée en même temps.
Une fois à l’intérieur, elle soupir presque de soulagement, choisissant judicieusement de ne pas allumer la lumière pour ainsi conserver son état de somnolence pour directement aller dormir. Se débarrassant de ses vêtements sur le chemin de la chambre – elle les ramasseraient toute à l’heure, là il est presque 2h du matin et elle veut dormir ! – elle finit rapidement en culotte et entre enfin dans la chambre après s’être trompée de porte. Décidément, elle devait avoir plus sommeil qu’elle le pensait…
C’est donc sans y penser plus en avant qu’elle se hisse dans le lit, ronronnant presque de bonheur en se glissant sous la couette et en sentant la chaleur l’envelopper, chassant le froid.
ASHLING DE LIBRE GRAPH'


   



Info's:
 
Ronronne en #990033
Mar 27 Fév - 20:49
### ft. Joyd Ambroise

J'ai froid.
Plus précisément d'un coup mes pieds ont froid.
Pourquoi donc ?

J'ouvre un oeil, émergeant avec difficulté.
Hawwww. Quelle heure est-il ?
2h. Du MATIN ? Mon dieu mais pourquoi je me réveille à cette heure-là ? Une drôle de sensation contre mes pieds me rappelle ce qui vient de me réveiller brutalement. M'asseyant sur le lit, je retiens un nouveau baillement. Haaaanw. La sensation de froid ne me quitte pas. Purée je vais aller mettre un jogging et des chaussettes, c'est ridicule mais j'aurais moins froid.

Mais je crois que ça ne se passe pas comme je l'avais prévu. A peine je retire ma couette pour me lever, je pose ma main sur une drôle de chose. Que. C'est doux ? Et moelleux ? Mais j'ai pas de peluche dans mon lit ? Ni d'animal ? Qu'est-ce que ? J'ai beau tâter, je ne vois absolument pas ce que c'est. Un truc mou, chaud et doux ? MAIS. Il n'y a absolument RIEN dans ma chambre qui colle à cette description ? Est-ce que j'ai ramené quelque chose sans m'en rendre compte ? Je suis absolument perdu. Alors pour remédier à ça, je ne vois qu'une solution. Allumer la lampe de chevet.
OH. MY. GODNESS.
Je me suis réincarné en poisson rouge.
Je. JE. Qu'est-ce que. Il y a une fille. Dans mon pieux.
POURQUOI ?!
Je vais exploser. Elle est nue, sauf si on repère la pauvre petite culotte qui semble être une intruse. Mon Dieu, est-ce que je viens de mater cette fille sans aucune gêne ? Oh mon dieu. OH MON DIEU. MAIS D'OU ELLE SORT ? Je n'ai certainement pas bu avant de dormir. Ni de drogue ça non. J'ai vu personne, j'étais seul dans mon appart. Comment est-ce qu'elle est rentrée ? AH MAIS C'EST PAS LA QUESTION PUTAIN. Il y a une fille nue dans mon lit. NUE. Qu'est-ce que je dois faire, mon esprit part carrément en vrille là. Oh mon dieu. Pitié c'est un rêve pas vrai ? CETTE JOUE EST RÉELLE BORDEL. Je ne sais absolument pas quoi faire à part rester collé à ce mur. Est-ce que je passe mon temps à vouloir disparaître et fusionner avec le papier peint ?

Et puis ouiévidemment, ça ne pouvait pas être un thon non. Comment fait-elle pour être aussi sexy juste en dormant ? Faut que j'arrête de la regarder. Ouai mon visage doit atteindre les 40°C. BON. Ca va être long. Mais je dois bien attendre qu'elle se réveille... Rien que l'idée de la regarder et la toucher à nouveau c'est... physiquement douloureux. Même si je suis extrêmement timide, je reste un homme. Vierge ok mais un homme. Et là, j'ai aucune place pour l'imagination avec ce que j'ai dans mon lit.

▬ Bon... Plus qu'a attendre alors...
Mar 27 Fév - 21:39
wanna play with me ?
Joyd x Arthur

 
A peine a t-elle eu le temps de profiter du sommeil, que déjà le froid recommence à ramper sur son corps nu. Dans son sommeil, Joyd remue, gémissant doucement d’inconfort. Un frisson remonte le long de sa colonne vertébrale et elle se décide à lever une main paresseuse, tâtonnant à la recherche de la couette frivole. Elle ne tarde pas à mettre la main sur la fugueuse, celle ci encore chaude signifie qu’elle ne l’a pas quitté depuis longtemps. Ronronnante de satisfaction, Joyd rampe jusqu’à la couette, sa main remontant le long du tissu avant qu’une matière incongrue ne se glisse sous la pulpe de ses doigts. Osant se risquer à entrouvrir un œil, elle le referme aussitôt lorsque sa pupille est vivement agressée par de la lumière. Laissant sa main remonter le long de ce qu’elle reconnaît être une cuisse, Joyd prend paresseusement appuie dessus pour redresser le haut de son corps en face de ce qu’elle reconnaît enfin comme un autre corps, vivant, inconnu, masculin, et délicieusement chaud.
De nouveau elle entrouvre les yeux, ses azurs encore voilés par le sommeil plongent dans deux yeux bruns écarquillés. Elle remarque la pupille dilatée mais ne s’y attarde pas. Ses longs doigts agiles frôlent les côtes avant de réussir à se glisser dans le dos de l’homme, permettant à Joyd de coller sa poitrine au torse chaud et accueillant devant elle.
Hmm.
Tellement agréable.
L’idée même qu’il y ait un homme inconnu dans son lit ne la dérange pas plus que ça. Non, au contraire, la chaleur qu’il dégage lui plaît énormément. Satisfaite d’avoir donc retrouvé un peu de chaleur, voir beaucoup, elle vient aligner confortablement le bas de son corps contre celui de sa bouillotte désignée, enroulant ses jambes autour de l’une de celle de son désormais captif.
Gentiment, la luxure vient déposer un baiser à la jointure de l’épaule et du cou de l’homme et ronronne contre lui en déposant sa tête contre son torse. Toute l’opération s’était passée d’un même mouvement, ni vraiment rapide ni excessivement lent.
Désormais confortablement enroulée contre sa source de chaleur, Joyd décroche une de ses mains pour attraper la couette et la ramener sur eux. Une fois satisfaite, elle vint gentiment masser l’épaule de l’inconnu avant de la ramener dans son dos, renouant ses bras autour de lui.

Dors, il est trop tôt pour discuter. ” soupire la luxure avant de relever légèrement la tête dans sa direction “ Ou bien c’est pour autre chose que tu t’es réveillé ? ” et sa voix est toujours aussi basse alors que de nouveau sa main se détache de dans son dos pour cette fois ci descendre très clairement vers le caleçon de sa bouillotte.
ASHLING DE LIBRE GRAPH'


 



Info's:
 
Ronronne en #990033
Mar 27 Fév - 22:04
### ft. Joyd Ambroise

Et le corps s'anime, rampant sur le lit comme un reptile à la recherche de la chaleur du soleil.
Toujours aussi rouge, j'ose à peine jeter un coup d'oeil à ce dernier.
Mon dieu si je fais ça, est-ce que mon coeur va lâcher ? Je crois bien que oui. Qu'ais-je donc fais pour mériter ça ? Est-ce que Dieu m'en veut d'être toujours puceau ? Il devrait être content. Est-ce plutôt le diable qui me tente ? Je penche plus pour ça bizarrement... Je ne sais même pas si je dois m'en réjouir ou non. Je suis pas de la Luxure, me tentez pas de la sorte, qui que vous soyez ! Vous-vous savez pas ce que ça fait d'avoir une bombe comme ça près de soi quand on est quelqu'un comme moi. Uuuuugh mon entrejambe me fait bien savoir ce que ça fait. Je suis tellement pas discret. J'ai honte, si honte. Si je n'étais pas chez moi j'aurais disparu comme un fantôme. Mais bon, je suis chez moi, et cette jeune femme aussi, même si je ne sais pas comment elle est arrivée là.

Et si j'allais ailleurs justement ? J'attends qu'elle se réveille réellement, et qu'elle sorte de ma chambre ? Quelle délicieuse idée. J'irais dormir sur le canapé, ça sera bien plus simple pour mon entrejambe et moi. Mais bon voilà, juste au moment où j'allais descendre du lit et fuir comme un lâche, la jeune femme gigote et vient s'enrouler autour de moi comme un serpent. Les femmes sont si viles. Mon dieu sauvez-moi, je vais faire une crise cardiaque. Les bras en l'air, je ne sais même pas où les poser. MON DIEU SA POITRINE EST CONTRE MOI. C'est si agréable... si confortable. UUUUUGH qu'est-ce que je raconte. SAUVEZ MOI PUTAIN. Et puis l'autre là qui dort contre moi sans gêne, réveille toi ! Je veux mourir.

▬ Ahem, euh, excuse-moi, est-ce que tu... euh allo, t-vous m'entendez ? aaaah...

Comment j'espère qu'elle m'entende si je parle aussi bas. J'ai envie qu'elle s'en aille mais j'ose pas la réveiller. Cette femme a complètement pris possession de mon corps. Je sens ses doigts qui chatouillent mon dos, sa main contre mon épaule, sa poitrine beaucoup trop imposante pour paraître réelle. Et puis ses jambes chaudes, qui enlacent la mienne. Est-ce que c'est ça le paradis ? Bah c'est beaucoup trop gênant. Je sentirais presque mon âme qui s'échappe. Pas d'affollement, pas d'affolement. J'ai juste une sublime femme contre moi, ça va très bien.
...
NON CA NE VA PAS DU TOUT.
Comment je peux supporter ça, j'ai jamais eu à faire un truc du genre !

Et comme si elle avait lu dans mes pensées, la belle endormie s'éveille sans honte, sans paraître le moins du monde perturbée. Est-ce qu'elle avait un copain et me confondait avec ? C'est tellement embarrassant...

▬ MAIS QU'EST-CE QUE VOUS FAITES ?!

Oui j'ai crié. Je n'ai pas honte non. Après tout avec ce qui se passe actuellement j'ai bien le droit. ELLE ESSAYE DE ME TOUCHER LE SEXE JE PEUX PANIQUER NON ?!

▬ M-me touchez pas là ! N-nooooon ! Vous me connaissez même p-pas !

Je pourrais jamais coucher avec un inconnu je crois. Enfin pas sobre de la sorte. Certes la c'est une bombe etc, et en général je me moque un peu de ce qui arrive mais là.... mais là on parle de MA virginité, j'aimerais bien décider par moi-même de ce que j'en fais.

▬ P-pitié je vais mourir si vous restez c-comme ça ! Déjà que v-vous vous incrustez sans gêne chez moi...!
Mar 27 Fév - 23:00
wanna play with me ?
Joyd x Arthur

 
L’exclamation, ou plutôt le cri de sa bouillotte eut le mérite de tirer définitivement Joyd des limbes du sommeil. Sauf que la femme n’était pas adepte des réveils de ce genre. Les piaillements apeurés du jeune homme eurent tout aussi le mérite d’arrêter la course des doigts tentateurs vers une partie délicate de son anatomie. Peu adepte à l’idée de forcer son chemin entre les jambes de ses amants, ou de ceux pouvant être ses amants, Joyd repose sagement sa main sur la cuisse de l’homme, ignorant gracieusement son entrejambe. Le visage qu’il affichait actuellement était une indication suffisante sur son état de gêne actuelle, elle n’allait pas l’humilier non plus.
Lentement, gracieusement, Joyd daigne délier ses jambes de la sienne, décoller sa poitrine de son torse. Elle ne peut empêcher un frisson de la secouer. Elle veut rester coller à sa source de chaleur. Tous deux envelopper de la couette qu’elle a précédemment tiré sur eux, Joyd se redresse, plantant ses genoux dans le matelas, posant ses mains sur les épaules de l’homme pour s’aider à se maintenir en équilibre sur le matelas mou. Sa poitrine est à hauteur du visage de pauvre homme et la luxure décide d’être magnanime et de lui épargner – pour le moment – la vue de sa poitrine. Elle lève une de ses mains, enserrant la mâchoire de l’inconnu et lui lève le visage pour qu’ils se regardent dans les yeux. Elle lui sourit, parce que Joyd sourit toujours. Il y a de l’amusement dans ce sourire, du charme mais aussi de la sympathie.
Elle n’avait pas dans l’idée de le terrifier à ce point.
Ou bien peut être était-il juste toujours puceau ?
L’idée amuse énormément Joyd, car elle voit l’homme, beau, grand, chaud… et elle a sentit l’homme, tout contre son bassin. Elle se lèche pensivement les lèvres à ce souvenir mais reste sage.

Puis les mots percutent enfin son esprit oscillant entre attention et sommeil. Elle le quitte brièvement du regard, observant autour d’elle la chambre éclairée par la lampe de chevet. Il n’y a pas dire, ce n’est pas sa chambre. Confuse décrit bien son état actuel. Alors elle retourne à la contemplation du visage qu’elle domine.

Je.. suis désolée ? Je ne sais pas comment je suis arrivée ici du coup. ” reprend pensivement Joyd, pas le moins du monde gênée “ Je suis certaine d’avoir utilisé ma clef pour rentrer pourtant. ” mais au fond elle s’en fiche un peu.

Enfin, pour le moment. Il était tard – ou tôt, tout dépendait du point de vue – et elle voulait dormir. Ou alors se détendre. Mais comme la deuxième option ne semblait pas plaire à l’homme sous elle, elle n’allait pas le violer non plus. Ça ne l’empêcha pas de pencher son visage au dessus du siens, le forçant à rester en position en gardant sa main autour de sa mâchoire.

Et si il n’y a que ne pas me connaître qui te dérange, je peux toujours y remédier. ” ronronna la luxure “ Je m’appelle Joyd et je peux t’aider avec ça si tu veux. ” continua t-elle dans sa lancer en pointant le caleçon du jeune homme “ Et arrête de me regarder comme si j’allais te manger je ne suis pas un monstre non plus. ” ajouta t-elle rapidement en faisant la moue, ses tétons effleurant son torse lorsqu’elle se balança légèrement.
ASHLING DE LIBRE GRAPH'


 



Info's:
 
Ronronne en #990033
Mar 27 Fév - 23:56
### ft. Joyd Ambroise

Mes pauvres tentatives semblèrent finalement stopper les doigts de la jeune femme qui ne s'approchèrent pas plus de mon entrejambe, me laissant souffler un peu. Bon, ça c'est safe au moins. Occupons-nous du reste. Mon pauvre Arthur, dans quoi tu t'es fourré encore. J'attrape mes lunettes sur la table de chevet et les pose sur mon nez, l'image se stabilise. Décidément j'aurais pas du je crois. Même si je voyais la jeune femme pas trop mal auparavant, la c'est simplement de la haute définition. Tiens je ne savais pas que je pouvais atteindre cette température de gêne. Est-ce que je level up ? C'est ridicule, je suis ridicule. N'importe quel mec lui aurait bondi dessus je le sais mais merde, agissons un peu plus en gentleman. Non bon en vrai je m'en moque, c'est pas ça, c'est que j'ai horreur qu'on s'incruste chez moi. Et j'ai la timidité des femmes au max. Alors combinez ça et oui je suis en état de panique. Je sais pas gérer mon stress.

La jeune femme finit par se décoller de mon torse et même si la source de chaleur s'éloigne d'un coup, je soupire de soulagement. Pas bien longtemps, parce que la vue de sa poitrine juste imposante et nue s'incruste dans mon cerveau jusqu'au fond. Je. Je crois que je devrais arrêter de la fixer. Je détourne le regard, me perdant dans la contemplation de mon superbe poster de Star Wars. Superbe poster. Edition limitée et collector. Bien joli poster en effet. Uuugh. Je suis un idiot. Qu'est-ce que je dois faire à cet instant ? Qu'est-ce qu'elle attend de moi ? Je vois bien que je la fais chier, ça m'est un peu égal mais merde, elle est à poil. Est-ce malpoli si je lui demande de mettre un truc pour cacher euhm... tout ça ? Et cette façon qu'elle a de lécher ses lèvres. Est-ce qu'elle veut juste me manger ? Pitié pitié non, je veux pas faire ça comme ça ! Enfin j'en sais rien, est-ce que perdre sa virginité avec une bombe pareille se refuserait ? Non pas vraiment mais... Mais je suis terriblement gêné, tellement que j'arrive même pas à aligner deux mots cohérents dans ma tête !

Elle apparemment elle n'a pas de souci, est-ce qu'elle vient d'intégrer en moins de 12 millisecondes qu'elle s'est planté d'appartement et que ce n'est pas si grave ? Sérieusement...

▬ Aaa haha... Dites-moi que c'est une blague.fis-je en me frottant la tête.

Suis-je le seul à être aussi gêné d'être en face d'une femme nue ? Apparemment oui. Je soupire. Même si mon coeur bat à cent à l'heure, ça serait bien que j'essaye de me calmer. Ok ça à l'air mission impossible dit comme ça mais sérieusement si ça continue, il explose mon coeur. Trop de pression et action pour moi. Mais en regardant attentivement la jeune femme, sans parler de son corps, elle était vraiment jolie et dégageait une sensualité exotique si intense que je me sentais comme un bourrin rien qu'à la fixer. Elle semblait si sensuelle et délicate, j'étais juste un idiot sans manière, un geek bien trop curieux. Le plus drôle avec tout ça, c'est d'être puceau quand on est aussi curieux que moi. Aaaaah.

Et puis la dénommée Joyd, car c'est son nom, ne se privait pas pour me toucher de partout, chaque contact étant comme un court-circuit pour moi. Je n'osais pas la toucher pour la repousser, de peur de court-circuiter définitivement en touchant cette peau si fine. Et pourtant, j'en avais en même temps tellement envie, découvrir tout ça pour la première fois, pour la science. Bon elle aidera que moi cette découverte, mais c'est déjà bien. Et quand sa voix sort à nouveau comme du miel, quand sa poitrine effleure mon torse, je ferme à demi les yeux, retenant les frissons qui parcourent mon corps :

▬ Je suis A-Arthur... n-ne fais pas ça... J-je suis mort de gêne...

Pitié est-ce qu'on pourrait arrêter de parler de mon sexe comme s'il avait un problème ? C'est un peu vexant là. J'ai pas de maladie. D'ailleurs j'étais bien obligé de le cacher de mes mains, vu l'effet que procurait la jeune fille à ce tendre et cher ami. Merde. Crétin. Pourquoi est-ce que je suis si faible ? Peut-être parce que je suis majeur et toujours puceau ? Tousse. Je repousse l'idée.

▬ J-J'y connais rien... N-ne te moque pas de moi. C'est toi qui semble prête à me dévorer avec ce regard là.

Mais il faut bien que j'avoue que c'était pas si désagréable en fait... Même plutôt bon. Enfin bon je suis toujours gêné over 8000 d'avoir une fille nue sur moi, qui me touche comme si elle me connaissait depuis toujours et qui n'a pas peur d'insinuer qu'elle va s'occuper de moi avec plaisir. Diantre, suis-je tombé par hasard sur une prostituée qui fait sa pub ? Est-ce que je me méprends depuis tout à l'heure ? C'est peut-être leur fonctionnement ici ?
Mer 28 Fév - 22:18
wanna play with me ?
Joyd x Arthur

Plus gêné encore si c’est possible, le jeune homme ne semble pas déstresser d’un iota, amenant Joyd à se demander si il n’allait pas finir par lui claquer entre les doigts. Heureusement pour elle, il semble tenir le coup, bien que difficilement. Toutefois même si l’attitude ouvertement honnête de l’homme amuse énormément la luxure, le pousser à bout, voir le forcer, lui laisse un goût désagréable sur la langue. Alors elle se retire, laisse ses mains quitter les épaules fortes, sa poitrine s’éloigner du torse frémissant et écarter ses jambes du précieux entrejambe de son hôte involontaire.
Elle s’assoit sagement en tailleur en face de Arthur donc, toujours topless, toujours impudique, toujours elle quoi. Curieusement elle incline sa tête sur le côté, ses longs cheveux roses cendrés caressant l’arrondie d’une épaule avant de venir frôler sa poitrine.

Tu sembles farouchement contre mes avances, et en même temps tu sembles me dire que tu es juste gêné et que tu serais d’accord. ” avance Joyd avec une moue boudeuse sur les lèvres “ Je ne comprend pas. ” et sa moue s’accentue alors qu’elle croise les bras sous sa poitrine, lui donnant plus de volume.

Ses yeux traînent un instant sur le réveil qui affiche un joyeux 2h20 du matin. L’air froid de la chambre rampe sur sa peau, chassant l’agréable chaleur qui la maintenait en état de demi sommeil. Bon, certes, maintenant elle pouvait mieux réfléchir. Il n’empêche qu’elle regrettait ne plus pouvoir profiter impunément de la chaleur du jeune homme en prétextant dormir à moitié.

En tout cas, Arthur, ” et elle appuie sur le prénom, en testant la sonorité avec plaisir “ Je suis presque sur que tu n’es pas du Péché de la Luxure. Ou alors tu es un drôle de Luxure. ” et si elle reste sagement à sa place, ses mains restant près d’elle, ses yeux traînent sur le corps appréciable du jeune homme.

Elle remonte lentement en sens inverse, accrochant difficilement le regard de son vis-à-vis avant de gentiment lui sourire, innocente, ou en tout cas, faussement innocente et pure de toutes actions versant vers le côté luxure de la force. Puis lâchant de nouveau la prise sur son côté joueur, elle décroise juste les bras, libérant sa poitrine pour pouvoir appuyer ses mains sur le matelas derrière elle et s’y appuyer.

Du coup, comme tu ne sembles pas me trouver à ton goût, on peut juste dormir ? Ensemble ? ” se risque t-elle à demander, appuyant sa demande de ses plus irrésistibles puppy eyes “ Promis je repartirais dés demain matin et tu ne sauras même pas que j’étais là.

Sauf que sa pose, ses yeux, sa voix, tout trahit qu’elle SAIT qu’elle est inoubliable. Surtout dans l’état dans lequel est actuellement le pauvre homme.
ASHLING DE LIBRE GRAPH'





Info's:
 
Ronronne en #990033
Mer 28 Fév - 23:13
### ft. Joyd Ambroise

Je ne sais pas si je dois être soulagé ou pas que Joyd s'éloigne de moi.
En un sens... en un sens c'était agréable, je ne peux pas le nier.
Je ne suis qu'un homme, comment pourrais-je lui résister ? La seule chose qui me retient probablement de lui sauter dessus c'est que je ne connais rien dans le sexe. J'aimerais apprendre, ça oui, vu tout ce que tout le monde me raconte, ça à l'air extra. Mais une partie de moi n'arrive pas à l'accepter, j'ai... j'ai juste l'impression de me prostituer ? Gratuitement ? Enfin je sais pas, c'est terrible comme dilemme, c'est une torture. Que choisir ? J'ai beau me moquer de tout j'ai des valeurs, et j'ai du mal à passer outre. Et pourtant... Et pourtant Dieu sait que j'ai envie qu'elle me touche de partout comme elle le faisait il y a un instant.

Regardez-moi ce corps. Non ne regardez pas, mais mince, elle est si... si TOUT. Sexy, sensuelle, attirante, parfaite. Comment est-ce qu'elle peut ne serait-ce qu'un peu s'intéresser à l'intello que je suis ? Est-elle juste sobre. Pfff. Ou bien c'est un rêve. Est-ce un rêve ? J'ai du mal à y croire et pourtant, j'aimerais bien, je pourrais lâcher ma foutue morale et me jeter sur elle comme un monstre. Je prends ma tête dans une main. Ouai, je sais que Joyd à de quoi être troublée par mon comportement mais ET MOI ? Qu'est-ce que je devrais dire, je me réveille, moi puceau, à côté d'une bombe qui n'a qu'une envie c'est coucher avec moi. Merde y a un moment où mon ego va exploser la.

▬ Essaye de me comprendre... Je soupire.Je n'ai jamais rien fais de la sorte, comment pourrais-je savoir comment faire avec une pure femme fatale comme toi ?

Je rougis, c'était extrêmement embarrassant à dire au final. Je venais un peu d'avouer que j'avais trop envie d'elle mais j'étais trop nul pour savoir comment faire. Je suis un crétin. Je ne fais que tripoter mes lunettes de gêne. Est-ce qu'on peut revenir à l'épisode où j'étais seul dans mon lit, et que je dormais peinard en rêvant d'alien ? Pitié, c'est quoi cette torture psychologique et physique là. Est-ce que j'ai fais un truc de mal dans mon ancienne vie ? Je suis la réincarnation d'un tyran ou quoi ?

Et puis mon prénom prononcé avec cette voix. C'est si vil, si tentateur. AAAH MON DIEU, arrêtez de me tester. Je jette un coup d'oeil à mon entrejambe. Merde. Redescends toi putain. Tellement pas discret. Comment je peux dire que je suis pas intéressé après ? Il me ruine toutes mes tentatives de mensonges. Et non, je suis certainement pas un Luxure. Déjà parce que c'est vulgaire (désolé pour toi si t'en es une) et en plus parce que sinon bah... je serais très expérimenté. Je m'appuie sur mes mains, postées derrière moi, et croise les jambes.

▬ Je suis Paresse, je rougis à nouveau en remarquant son regard qui semble scanner tout mon corps. Mais toi tu es Luxure si je ne me trompes pas du coup...

Je suis même sûr de pas me tromper à ce train là. J'aurais pu parier ma virginité là dessus.
...
Il faut que j'arrête de tout ramener au sexe. Sinon je vais finir comme elle et lui sauter dessus sans état d'âme. Je suis innocent, je suis innocent, je suis innocent... J'ai beau répéter ça en boucle, ça ne fonctionne pas vraiment. Et puis qu'est-ce que c'est que cette proposition ? Dormir ensemble ? Est-ce qu'on est vraiment capable de dormir ensemble après ce qui se passe là ? Je ne pourrais jamais m'endormir. Et l'oublier ? Impossible, je peux pas oublier ça. De toute façon je crois que ça reste tout de même la meilleure option pour que je lui meurs dans entre les doigts de gêne. Papa, si tu me regardes, sache que ton fils est un idiot.

▬ Je n'ai jamais dis que tu ne me plaisais pas ! Je descends un peu mon ton en baissant les yeux, honteux. Oui ça... ça me va, on va dire ça...

Comment je peux refuser quelque chose en voyant des yeux si doux, si beaux ?
Si hypnotisants ?
Aaaah je suis tellement gêné.
Est-ce que je peux mourir maintenant ?
Est-ce qu'on va vraiment pouvoir dormir ensemble ?

Jeu 1 Mar - 17:36
wanna play with me ?
Joyd x Arthur

Joyd se sait être une femme dépourvue de beaucoup de patience. Et bien qu’elle sache quand laisser tomber, elle sait aussi reconnaître lorsque ses avances marchent. Et quand malgré tout, ses avances sont repoussées PUIS acceptées… ça a comme qui dirait tendance à lui chauffer les nerfs. Quiconque se risquerait à entrer dans la chambre actuellement serait conscient de la tension sexuelle à couper au couteau entre eux. Toutefois le sourire charmant de la luxure ne bougea pas d’un iota, fermement maintenu en place alors qu’intérieurement elle faisait des plans dans les plans.
Si Arthur avait été ferme dans son refus, elle aurait simplement laissé tomber. Mais il se trouve que le jeune homme ne sait ni se mentir à lui même ni mentir aux autres. Ou en tout cas, son corps est ouvertement honnête lui. Au moins a t-il presque cesser de bégayer, attirant un air satisfait sur le visage de Joyd.

Bingo ! ” s’exclame t-elle joyeusement “ Hmm. Tu es sacrément vigoureux comme Paresse. ” commente t-elle alors l’air de rien, repoussant toujours un peu plus loin la limite pour voir jusqu’où elle pouvait se risquer.

Elle claque énergiquement ses deux mains ensemble avant de bouger de nouveau, quittant sa position assise pour s’approcher à quatre pattes de l’homme qui joue sans savoir avec sa retenue. Elle avait été sincère en proposant de dormir. Mais il avait confessé lui même être simplement frustré de son inexpérience. Alors Joyd ne promettait pas d’être sage. Elle attrape l’un des bras de Arthur et le tire avec elle, les faisant retomber dans le lit en position couchée. Elle les recouvre de la couette, frissonnant lorsque le tissu froid épouse amoureusement sa peau. Bougeant et remuant, Joyd finit par venir se ventouser à Arthur, appréciant immédiatement le contact humain et la chaleur qui se décide enfin à revenir dans son corps. Elle demeure quelques secondes silencieuses, appréciant leur position avant de lever la tête vers Arthur, décidant de revenir sur une de ses phrases précédentes.

Tu dis ne jamais avoir couché avec quelqu’un, ce que je conçois parfaitement. Et bien que le compliment me va droit au cœur, est-ce que je dois comprendre ta phrase comme quoi tu attends quelqu’un d’aussi inexpérimenté que toi pour te lancer ? ” s’enquit elle en venant distraitement coller ses pieds froids aux jambes du jeune homme. Le silence s’étira quelques secondes avant qu’elle ne statut franchement. “ Laisse moi te dire que je trouve ton raisonnement franchement stupide. Le faire avec quelqu’un d’expérimenté est franchement mieux. ” et elle se redresse sur ses coude pour le fixer dans les yeux avec sérieux, un sérieux mit à mal par son petit sourire amusé “ C’est le fait que… Quoi ? Je sois une Luxure ? Une totale inconnue ? Qui te gênes ? Ou au final ce ne sont que quelques excuses pour me repousser ? ” elle lui passe une main caressante dans les cheveux, riant tout bas à leur aspect de nid de hiboux “ Je ne vais pas te faire du mal tu sais, et je prend soin de mes partenaires.

Alors elle le laisse réfléchir, parler si il le faut. La repousser encore. Elle attend de voir si il finit par se calmer seul, son corps étant alors un excellent indicatif à ce propos, ou si il se maintient dans cet état. Auquel cas, elle allait vraiment lui forcer la main au début. Elle se rappelle alors vaguement de la lampe de chevet qui est leur seul source de lumière et rampe par dessus Arthur, lui lançant un vague “ Attends deux secondes. ” avant de tendre le bras, positionnée à quatre pattes au dessus de lui, et d’éteindre la lampe, les plongeants dans le noir. Elle revint tranquillement à sa place, son corps épousant de nouveau celui de Arthur avec bonheur. Et désir. Mais dans le noir, elle était tout à avantage pour que seul l’imagination d’Arthur galope à cent à l’heure pour tirer ses propres conclusions.
ASHLING DE LIBRE GRAPH'





Info's:
 
Ronronne en #990033
Jeu 1 Mar - 18:52
### ft. Joyd Ambroise

Alors effectivement la jeune femme est une Luxure.
Comme quoi, parfois faut bien suivre la première impression, c'est souvent la bonne en réalité. Et puis bon, je ne l'ai pas dis, mais étant donné qu'elle est nue, je vois parfaitement son poignet alors... évidemment que j'ai deviné qu'elle est Luxure. C'est gravé dans sa peau. Comme la Paresse est gravée dans la mienne. Pendant qu'on en parle, je n'ai jamais compris pourquoi j'étais Paresse. Après tout en soi, je ne suis pas plus feignant qu'un autre. Qu'est-ce qui avait déclenché sur Terre le fait que j'écope de ce Péché idiot ?

Enfin, c'est pas non plus le moment d'en parler, après tout j'ai un monstre de sexe là qui me coure après pour me dévorer tout cru. Très très rassurant. Et puis elle semble toujours se moquer de moi, je commence à apprécier moyennement. On se moque cinq minutes ça va je souris mais je suis pas non plus un idiot. Alors si ça continue, je vais lui faire comprendre que je commence à en avoir marre. Je suis assez patient en général, même passif, mais j'aime moyen qu'on se paît ma tête. Et je pense qu'elle est pareille, donc elle pourrait comprendre.

Mais la tigresse semble s'en moquer joyeusement de mes états d'âmes, et continue de me mettre dans tous ses états. Je suis terriblement partagé. Elle m'énerve mais en même temps je suis hyper gêné et hyper excité. Est-ce normal de ne pas pourquoi gérer tout ça ? Où est-ce que ça n'arrive qu'à moi d'être aussi nul ? Experte, elle vient me tirer le bras pour me refaire tomber contre mon oreiller moelleux, contre qui je dormais il n'y a pas dix minutes. Ô sommeil chéri, je crois que tu vas devoir attendre encore un petit moment. Mais ma couette finit par revenir, amenée avec grâce par la jolie Joyd qui semble apparemment vouloir faire exploser mes hormones masculines. Je retiens des frissons de plaisir. Traître de corps, pourquoi réagis-tu autant lorsqu'une sublime femme se colle à toi. Sacré question. Mais la belle Joyd ne s'en tient pas seulement à me voir gêné et rougissant, elle relève sa tête vers moi, moi qui ne sait absolument pas quoi faire de mes mains, n'osant pas les poser sur la peau chaude de la Luxurieuse. Je retins un couinement face au froid de ses pieds pendant qu'elle me questionne. Est-ce qu'elle me prend réellement pour un idiot ? Je laisse échapper un soupir :

▬ Je pense que comme beaucoup d'autres que c'est gênant d'être aussi nul quand on a quelqu'un d'expérimenté en face. Tout simplement parce que je n'ai pas envie que tu te moques de moi si je m'y prends mal...

Mon dieu elle parle beaucoup trop. C'est quoi ces questions. Mon raisonnement est "stupide" ? Pardon ? Est-ce qu'elle essaye de me vexer réellement ou quoi ? Je fronce les sourcils et passant une main sur mon menton en grognant. Tout en évitant évidemment de poser mon regard sur son corps qui ne ferait que ruiner mon semblant d'énervement et de sérieux. En devenant aussi rouge qu'une tomate.

▬ Tu sais, je conçois mal le fait d'insulter quelqu'un alors qu'on essaye de coucher avec. C'est clairement pas comme ça que je marche.

Je croise les bras, comme un enfant qui boude. Je sais que je suis difficile, je sais que je ne sais pas choisir ce qui à cet instant me tente le plus : dormir ou découvrir de nouvelles choses. Je soupire. Je suis vexé. Très vexé. Et quand je suis comme ça je ne maîtrise pas vraiment les mots qui sortent de mes lèvres à demi-fermées, blessants :

▬ Ce qui me gêne, c'est que tu as juste envie de coucher avec quelqu'un, tu t'en fous de savoir avec qui. Et c'est très vexant. Tu me prends juste pour un idiot. Je pourrais coucher avec toi, évidemment. C'est attirant. Mais le fait d'être jeté après comme une bouteille vide, ça m'ennuie. Je ne sais pas ce que je veux. Certes. Mais que l'on me comprenne, elle veut coucher avec moi mais elle me traite comme un gamin abruti. Je suis ignorant ok, mais pas con.

▬ Justement, je ne suis qu'un '"partenaire". Après cette nuit tu m'oublieras, m'ayant volé quelque chose de précieux, tandis que moi je resterais là, seul. Et probablement à regretter d'avoir agit sur un coup de tête. Un silence passe. Est-ce que je me lance ? Est-ce que je dis ça ? Est-ce que je le sens ? Elle va probablement me plaquer au mur, m'insulter et disparaître, et je n'en entendrais plus parler. Est-ce que je veux ça ? Je lève mes mains dans un sursaut d'abandon. RAH EVIDEMMENT QUE JE VEUX ! T'es sexy, tu es sublime même, et moi je ne suis qu'un idiot fini et indécis qui se demande s'il va regretter de faire sa première fois avec une Luxure qui ne lui porte probablement aucun réel intérêt ! T'as vu ma gueule ? Je suis trop grand, trop laid, j'ai des lunettes, des passes-temps de merde et aucune sociabilité !

Je ne mens pas, c'est vraiment mon point de vue de moi-même. Beaucoup trop grand, trop laid avec ses lunettes trop épaisses, on me traite d'intello à cause d'elle et de mes passions bizarres, et comme me le répète souvent Liam mon meilleur ami, j'ai tendance à me sentir déconnecté de toute situation, comme si rien ne m'importait, du coup tout le monde se dit que j'ai l'air étrange et lointain. Comment je pourrais attirer quelqu'un avec ce moi tout entier ? C'est juste inconcevable pour moi. Je ne comprends pas. Pas pour quelqu'un comme moi. Juste un Paresse si naze, si pitoyable. Il y a tellement mieux. Voilà justement, il y a Liam. Lui il pète la classe. Pas moi.

Je ne sais même pas si mes tourments atteignent Joyd. Elle s'en moque peut-être après tout. Mais cette dernière se met à quatre pattes au-dessus de moi, et avant que je puisse rougir et bégayer devant cette poitrine énorme qui dansait devant mon regard, elle avait éteint la lumière de la lampe de chevet, nous plongeant dans le noir total. En un sens, ça m'arrangeait beaucoup, ma gêne devenait invisible à ses yeux, ça me faisait disparaître un instant. Mais je réalise très vite que ce n'est pas si arrangeant que ça en avait l'air. La sentir bouger contre moi, sentir sa chaleur et sa peau douce, c'est en fait UNE HORRIBLE TORTURE MENTALE ! Est-ce qu'elle y a pensé ? Oh merde, c'est si gênant. Combien de fois j'ai du prononcé ce mot.  J'ai l'impression de tourner en boucle. Aaah en plus collée comme ça contre moi, elle va le sentir. C'est sur. Elle va le sentir.
C'est tellement gênant.
Jeu 1 Mar - 20:42
wanna play with me ?
Joyd x Arthur

Et la culpabilité plante sa lame infaillible dans le cœur de la Luxure. Elle écoute et intègre, prend en compte les sentiments bafoués de Arthur. Dans le noir, le silence s’étire et Joyd inspire et expire longuement. Elle bouge contre l’autre corps mais de nouveau ignore la partie basse qui doit pourtant commencer à être douloureuse. Elle bouge jusqu’à pouvoir soulever la tête de Arthur, glissant un de ses bras dessous et la reposant dessus. Elle plie son avant bras et pousse la tête de l’autre jusqu’à la nicher contre elle, juste au dessus de sa poitrine. Son autre main part se perdre sur sa nuque en de délicates attentions. Tout est doux, et Joyd est terriblement désolée. Mais elle n’arrive pas encore à l’exprimer verbalement, alors elle l’exprime dans sa gestuelle, en espérant qu’il ne voit pas en ses gestes quelque chose encore là pour se moquer de lui.
La luxure écrase la rancœur, la colère. Parce que même si elles sont légitimes, elle a blessé Arthur. Son péché ne doit pas l’amener à blesser ses partenaires. Elle se l’ai promit et s’y est toujours tenu. Si le jeune homme n’est pas un de ses partenaires – pas encore – elle n’avait pas droit de le blesser pour autant. Alors elle est désolée, et en colère, et meurtri. Parce que ce n’est pas le seul, ce n’est pas le premier et ce ne serait certainement pas le dernier à la traiter de la sorte.

Si je ne te portais aucun intérêt je ne t’aurais rien proposé. Quand bien même j’aurais finis dans ton lit. Je ne suis pas cruelle à ce point. ” sa voix est rêche sur la dernière phrase aussi se tait elle le temps de se recomposer “ Je ne voulais pas te vexer. Tu l’as dis toi même, ce n’est pas dans l’intérêt de mes actions précédentes. ” elle soupire et se tait de nouveau.

Ses gestes contre la nuque de Arthur se sont arrêtés le temps de ses quelques mots et elle les reprends doucement. Comment expliquer à quelqu’un qui a visiblement si peu d’estime pour les luxures les tenants et les aboutissants de ses actions ? Ça n’aurait aucun sens. Pourtant elle s’y risque, sa voix un peu plus forte que précédemment.

Je traite mes partenaires avec respect même si tu ne sembles pas me croire. J’essaie de maintenir un bon contact avec eux après ça, les seuls que je ‘jette’ sont ceux qui deviennent… creepy. ” elle ne s’étend pas sur ce qu’elle entend par là, mais c’est facilement imaginable sans ça “ Je ne vais pas t’ignorer après ça, ni te juger ou te regarder de haut. J’habite au 5e étage, appartement n°2. Si tu veux venir me voir après tout ça tu peux, je ne prétendrai pas ne pas te connaître.

Elle inspire profondément et expire longuement. Elle n’est pas vraiment la plus douée pour rassurer les gens ou pour chasser leurs insécurités. Elle bouge de nouveau, reculant suffisamment pour pouvoir, si ce n’est voir le visage de Arthur, au moins savoir qu’il est en face du siens. Elle retire son bras de sous sa tête et enlève sa main de sur sa nuque. Elle ne revient pas sur les insultes et les reproches, sur le jugement. Elle les repousses dans un coin de sa tête. Comme dit plus haut, ce n’était pas le premier et ce ne serait pas le dernier.

Je suis désolée si mon comportement t’as vexé. Généralement il plaît mais, ” elle grimaça légèrement, et sa voix se fit penaude “ visiblement j’ai encore des trucs à apprendre et ça ne plaît pas à tout le monde, toi le premier.

Dans le noir elle porte sur lui un regard curieux et attentif. Elle voyait très vaguement sa silhouette se découper dans la pénombre. Joyd se sait bavarde et souvent impulsive. Ça ne la gênée pas de se justifier et peu à peu elle se sentait un peu mieux. Elle laisse de nouveau le silence s’installer, elle en a besoin. Arthur a confié sa crainte, peut être que lui confier une de siennes pour qu’il comprenne serait juste ? Certes c’est jouer sur les sentiments, mais il serait peut être plus réceptif après ça.

L’une des seules fois où je me suis risquée à être… autrement que tentatrice et provocante, quand j’ai accepté d’être douce, tendre et aimante, ça a mal finit. ” cette fois elle grimaça d’inconfort. Elle laisse soudainement une exclamation rageuse lui échapper quelques secondes après son aveux et elle se redresse vivement dans le lit, frottant vigoureusement ses joues. “ Ce… ce bâtard m’a suivit pendant presque une semaine et a faillit me coincer chez moi ! Heureusement ce jour là j’ai appelé les flics et ils l’ont choppé avant que ça dérape totalement mais il a réussi à totalement me rendre flippé pendant des mois !

Son exclamation fut suivit par un silence relatif et elle soupira, encore, se recouchant près de Arthur en marmonnant quelques mots incompréhensibles. Elle retourne tout contre lui, laissant la tension redescendre. Décidément, beaucoup beaucoup de blabla en ce moment.

Mais je peux le faire si tu veux. Tu ne me laisses pas la même impression que lui, donc je veux bien prendre le risque. Et, ” continue t-elle avec juste une légère touche charmeuse dans la voix “ tu n’es pas trop grand, tu as la taille parfaite pour moi, ” et ses ongles traînent le long des côtes nues de Arthur “ tu n’es pas laid, tu es même plutôt beau ” et sa main remonte pour caresser le côté de son visage “ tes lunettes te donnes quelque chose de plus, ça plaît ou non, ça dépend des gens ” et ses doigts agrippent l’une des branches des lunettes pour les lui enlever “ et concernant tes passes temps et ta sociabilité, ce n’est pas ça qui va me rebuter, je suis sur d’être rodée à ce sujet vu toutes les personnes que j’ai déjà côtoyé. ” et elle finit en posant sa main contre le torse de Arthur.

Le silence s’étire longuement, tendu cette fois, quelques mots au bord des lèvres de Joyd. Elle sait ce qu’elle va dire, peut être que Arthur sait aussi, ou l’anticipe t-il. En tout cas, elle courbe ses lèvres sensuelles en une invitation.

Alors, tu veux le faire ? ” ronronne t-elle d’une voix basse et vibrante.
ASHLING DE LIBRE GRAPH'





Info's:
 
Ronronne en #990033
Jeu 1 Mar - 23:56
### ft. Joyd Ambroise
Il s'ensuit à ma tirade un long silence. Est-ce que je l'ai vexé ? Je crois bien, ce n'était pas vraiment mon intention mais je déteste passer pour un con aux yeux des autres. Et puis en un sens, elle l'a mérité, je devais bien la remettre un peu à sa place non ? Elle s'incruste chez moi, m'oblige presque à coucher avec elle, il y avait bien un moment où je devais remettre ces fameuses pendules à l'heure. Paye ton expression de vieux tiens. Enfin bon, j'avais peut-être pas à être aussi méchant. Sans m'en rendre compte vraiment compte, Joyd vient passer son bras derrière ma nuque et après une sorte d'acrobatie je me retrouve le visage collé quasiment au début de sa poitrine, ce qui eut le parfait moyen de me faire rougir davantage, ce que la jeune femme dû vachement ressentir au vu de la température que je devais émettre. Mais contrairement à ce que je pensais, Joyd ne semble pas m'en vouloir, ou du moins elle semble ne pas vouloir le montrer. Et même si sa voix vacille entre le pardon et l'amertume, je me dois bien de reconnaître qu'elle fait des efforts que je n'aurais probablement pas fait à sa place. Oui, je crois bien que, rabaissée comme je lui ai fais, je me serais probablement barré en me giflant. Pour ce point, je respecte sincèrement Joyd de ne pas avoir réagit de la sorte, et je me trouve encore plus idiot. Et elle n'avait pas tort, même si je m'en moquais un peu de recevoir ses excuses, j'éprouvais quand même un peu de sympathie. Tenter de rester droite alors que j'avais un peu essayé de la poignarder de méchanceté. Enfin, tout ceci n'était pas allé aussi loin, donc pas besoin d'en faire un drame non plus. Je suppose ?

▬ J'ai peut-être été un peu amer aussi... je m'en excuse.

Autant s'excuser tout de suite, histoire de faire passer la honte qui coule le long de ma gorge. Si pathétique. Les mouvements de la Luxurieuse reprennent contre ma nuque et m'arrachent un nouveau frisson. C'est agréable, si agréable, comment fait-elle ? Comme si simplement sentir la sensation de ses ongles glissant contre mon cou est en cet instant la plus belle chose au monde. Je n'ai jamais ressenti ça. Je n'ai jamais été touché comme ça, c'est bien une chose que je ne peux enlever à Joyd. J'apprécie ses caresses contre ma peau, comme si elle n'était pas repoussée par moi. Les yeux fermés, je me laisse bercer pas les caresses, gêné mais pas assez pour retirer ce bras, ainsi que par la voix sensuelle qui se justifie bien que tout était fini pour moi. Creepy ? Comment on pourrait être creepy avec une fille ? C'est quelque chose qui me dépasse ? Qu'entends-elle par ça ? Mais elle n'a pas l'air de vouloir en parler, alors je garde les lèvres closes, silencieux. Et bizarrement, le fait qu'elle me propose de m'oublier me serra le coeur, comme une pensée douloureuse. Avec ce qui se passe, elle veut que je l'oublie, et qu'elle m'oublie ? C'est assez lâche de sa part, c'est comme si elle n'assumait pas ses actes.


▬ Je préférerais que l'on oublie pas ce qui se passe ce soir, j'essaye de plaisanter un peu, mais j'ai peu l'habitude, surtout dans ce contexte. Et ce qui se passera peut-être ?

Arrête Arthur, l'humour c'est vraiment pas ton rayon.
C'est clair. Je suis pas connu pour faire de bonnes blagues, et encore moins des recherchées. Je suis juste l'intello fort en physique, fan de surnaturel et qui n'est pas foutu de faire comme s'il était intéressé par ce qui ne l'intéressait pas. Et puis Joyd n'a pas l'air d'humeur à faire de l'humour de toute façon, je me devrais juste la fermer. Celle-ci ne semble pas satisfaite de sa propre tirade. On a l'air malins tous les deux, à nous morfondre dans notre coin. Je la sens bouger contre moi, sa peau, sa poitrine, tout est terriblement érotique et gênant. Elle retire son bras, cesse les caresses, c'est presque à contre coeur que je la laisse faire. Après tout, j'étais bien là. Et dans le noir, je suis moins timide. Je ne vois rien, et même si mon cerveau s'imagine des scènes toujours plus chaudes, mes yeux qui ne croient que ce qu'ils voient envoient décidément le signal que justement, je ne vois rien. Joyd continue à parler, et je l'écoute sans l'interrompre, j'ai toujours préféré écouter à parler. Bien moins ennuyant, quoique cela dépendait de l'importance que je donnais aux gens. Beaucoup parlent mais ne sont pas plus intéressants que des insectes. Mais apprendre des choses sur les gens, ça a toujours été une passion. Ca me fait toujours des dossiers à ressortir lorsqu'il faut que l'on me rende un "service". Je ne fais pas de chantage. C'est totalement faux. Que pensez-vous donc là ? Ahah. Ouai je dois être un petit enculé au fond, et je pense être au courant en fait. Certaines fois ça me plait d'agir comme ça. Surtout quand c'est des dossiers compromettants. M'enfin passons.

Inconsciemment j'étais venu passer une main dans les longs cheveux de Joyd, curieux d'en ressentir la texture et la douceur. Je ne m'étais pas trompé, c'est terriblement agréable et je ne m'en lasse pas le moins du monde. Si elle n'aime pas, elle pourra tout simplement enlever ma main. Au fond de moi, je me sens comme si mon coeur penchait du côté obscur. Une drôle de voix, comme un petit Sith qui me chuchote un "Ne sois pas si timide, après tout elle le désire tellement pas vrai ? Et tu en as tellement envie. Découvrir de nouvelles sensations, tu es si curieux, tu veux apprendre pas vrai ? Passe le pas, tu es si proche, tu ne le regretteras pas". Mais au loin, d'une voix encore plus atténuée, il y a un Jedi, un minuscule Jedi qui me dit de croire en mes valeurs, que ma timidité est la meilleure chose que je puisse avoir pour me construire. Je crois avoir rapidement fais mon choix. Après tout, c'est simplement pour ce soir pas vrai ? Et puis, c'est un peu sa faute à elle, je n'ai peu de chance à combattre la Luxure pas vrai ? Il n'y a aucune raison que je puisse résister. Je ne suis qu'un homme, je ne peux combattre mes pulsions ? Je m'accroche à cet argument dérisoire. Si vil. Si obscur. Comme probablement tant d'autres avant moi, je sombre dans les bras de la belle Luxurieuse. La belle Joyd. Pauvre Arthur, piégé dans les toiles de l'Araignée. Je suis si faible, surtout face à ce timbre de voix si déçu. Si triste. Et pourtant la timidité est là, elle reste, s'accroche comme un parasite, m'empêchant de sombrer totalement, m'empêchant de devenir quelqu'un d'autre que moi. Oui, je reste désespérément moi.

Mais un silence s'installe, Joyd ne parle plus. Est-ce qu'elle attend de moi quelque chose ? Une réponse ? Je ne vois pas quoi répondre. Je n'ai aucune anecdote croustillante ou histoire "creepy" justement. Je suis juste un geek. Un geek raté. Mais finalement malgré le silence, elle continue. Elle semble décidément avoir besoin de parler. Ou est-elle bavarde par nature ? Son exclamation rageuse me fait sursauter. Bon sang, je ne m’y attendais pas, faut y aller mollo actuellement avec mon cœur… Cependant, son anecdote provoque chez moi un air de dégoût qui ne dut pas lui échapper, au vu de ma grimace et le son outré qui allait avec :

▬ Quel taré… Ca devrait creuver des gens comme ça.

J’ai… sorti ça naturellement oui. Et totalement en accord avec moi-même. J’ai horreur des rebus de l’humanité de ce genre. Les Improductifs comme j’aime les appeler. Le corps chaud brusquement contre le mieux me stoppe dans mon monologue silencieux et haineux. Ne me lancez pas là-dessus par pitié, on va me prendre pour un raciste ou un truc du genre. Heureusement que Joyd continuait à parler, parce que j’aurais jamais pu m’arrêter seul sinon. Sa voix charmeuse flottait dans mes oreilles comme un rêve. Ses doigts jouaient sur mes côtes comme une caresse. Ses compliments me rendaient étranges. Si rouge. Si gêné. Pourquoi tant de choses d’un coup ? Pour moi ? Est-ce que je le mérite tout ça ? Le fait qu’elle semble comprendre comment je marche, c’est si étrange. Elle a vu ma chambre, les posters, ne serait-ce que ma couette fluo avec des aliens dessus, mes figurines, mes livres, tout ça et pourtant, elle n’a pas fui. Elle reste là. L’appât du sexe est-il si puissant ? Je veux savoir moi aussi. Est-ce que cela fonctionne comme un service ? Est-ce qu’après l’avoir fait avec elle, elle pourrait me rendre un service en compensation ? Ou est-ce que ça ne fonctionne pas comme ça ? Le sexe, n’est-ce pas juste un moyen de tout avoir ? Est-ce plus que ça ?

Au vu de l’entrain qu’elle mettait dans ses efforts, je commence bien à me demander qu’est-ce qu’il se cache derrière tout ça. Est-ce si fantastique ? Si oui, je veux connaître ça. Je veux apprendre. Je ne veux pas être ignorant. Alors lorsque la question ultime sort à nouveau des lèvres charmeuses, un sourire s’incruste bien malgré moi sur les miennes, et je passe une main contre sa nuque.

▬ Je dis que cette fois, je me fis totalement à ton choix.

Ven 2 Mar - 20:13



Info's:
 
Ronronne en #990033
Sam 3 Mar - 0:04
Sam 24 Mar - 19:27



Info's:
 
Ronronne en #990033
Mar 27 Mar - 22:02
Mar 27 Mar - 23:17



Info's:
 
Ronronne en #990033
Ven 30 Mar - 22:17
Contenu sponsorisé

[NC18] Invitation pas vraiment accordée. [PV Arthur]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seven Salem :: Dans les murs de Salem :: Habitations :: Appartements :: 4e - N°002-
Sauter vers: